• Rencontre à Heerlen, Pays-Bas

    Venant d’Albanie, de Norvège, d’Espagne, d’Allemagne, de Belgique (Nord et Sud !), d’Autriche, d’Angleterre, de France et bien sûr des Pays-Bas, des militants Verts et des représentants de la société civile et politique (ONG, partis – élus et militants, Parti vert européen, Fondation verte européenne, scientifiques…) se réunissent à Heerlen 9, Amsterdam, 5 au 7 novembre 2010.

    Heerlen 9, qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire ? Nommé après la ville frontière de Heerlen aux Pays-Bas, ce groupe de militants verts européens se réunit une fois par an depuis 9 ans pour un weekend de débats, ateliers, conférences et… fête.

    Cette année, c’est donc à Amsterdam qu’une cinquantaine de ces militants se sont rencontrés. Un dépaysement à 3 h de train de chez soi…

    Le thème principal était la diversité dans la ville, et l’invention de la ville multiculturelle de demain – ou la gestion de celle d’aujourd’hui.

    La séance d’ouverture a été marquée par l’intervention d’un entrepreneur en arts de la scène, qui a initié un débat sur l’influence du financement public de la culture sur l’accueil et l’adaptation des migrants. Le financement public des troupes de théâtre action en Communauté française a été souligné ! Amsterdam est une ville multiculturelle par excellence, et le gère bien. Mais que faire face à la montée du racisme et de la xénophobie ? Pas de réponse claire…

    Pour introduire le débat sur le cas « Wilders » et son populisme, un petit jeu a été organisé : chacun dans la salle qui vivait hors de son pays d’origine, ou qui avait de la famille vivant hors de son pays d’origine, ou qui avait déjà travaillé ailleurs, était prié de se mettre d’un côté de la salle. Le résultat fut que 90% des participants rentrait dans une de ces catégories. Evidemment, cet exercice souffrait d’un biais certain, vu que les participants à ce weekend sont – forcément – des personnes intéressées par les relations internationales et on peut supposer qu’ils avaient donc une telle expérience.

    Le débat a tourné autour de la manière dont on pouvait réagir ou contrer (outwitting) Wilders. Les questions étaient, faut-il l’ignorer et avancer dans notre projet Vert, se disant que le reste suivra ? Ou faut-il attaquer Wilders sur son terrain et(tenter de) faire passer un message contraire de tolérance et d’acceptation de la différence ? La majorité était pour la deuxième proposition, basé sur le risque de laisser faire. Mais comment faire ? Des pistes sont évoquées, dont notre attitude en tant que Verts : nous devons agir selon nos convictions, montrer que la diversité, la solidarité, sont des valeurs porteuses. Il ne faut surtout pas avoir peur du populisme, mais le démonter par des arguments aussi clairs que leur langage à eux.

    Petit interlude sur la nouvelle ville, vue d’un autre aspect. L’agricuture urbaine pourrait être une piste de consommation locale par l’utilisation d’espaces de ville. Parcs, espaces verts, toits, alentours de la ville, tout est utilisable pour faire pousser des denrées alimentaire. Ces matières premières peuvent être transformées sur place et ainsi le circuit est le plus court possible. S’il n’est pas possible de couvrir tous les besoins d’une ville par ce type de culture, cela peut au moins rapprocher la société urbaine de la réalité de l’accès à l’alimentation, et pourrait (très partiellement) remplacer la perte de terres agricoles dans nos contrées. Mais un problème concret de ce type de transformation de la ville est la pollution des sols urbains. Cependant, de nombreuses initiatives existent de par le monde et cela pourrait se développer à l’avenir (www.citiesthemagazine.com).

    L’après-midi a été consacré à la présentation du Parti vert européen et des possibilités pour les membres individuels de s’y investir, avec Jacqueline Cremers, secrétaire générale du PVE. Le point est fait sur l’avancement du travail sur l’avenir du PVE, dans lequel les membres individuels auront un rôle à jouer.

    Bon, tout ce travail c’est bien beau, mais il faut aussi songer à la socialisation et à manger… Nous avons donc été reçus par l’association Veranderers, à Amsterdam, créée par des migrant-e-s, réfugié-e-s, etc., et travaillant ensemble à l’accueil des dits migrant-e-s et réfugié-e-s. Soirée très sympa, émaillée de présentations par des membres de cette association, de leur parcours, de leur histoire, et du travail de l’association. Particulièrement à souligner, la présentation d’une réfugiée iranienne et de son choc culturel lors de son arrivée en Hollande : elle a été considérée d’office comme musulmane, bien que ne l’étant pas du tout et, au contraire, ayant quitté l’Iran pour des motifs religieux… Dur, dur, parfois, d’affirmer son identité face à des préjugés forts dans le pays d’accueil !

    La soirée se termine en musique : entre les danses israéliennes, iraniennes, orientale et le petit air d’accordéon folk que j’ai pu jouer, ce fut une belle occasion de mettre en pratique les principes que nous avions défendu toute la journée.

    Dimanche matin – hé oui, on travaille, même le dimanche ! – présentation de la possibilité d’initiative citoyenne au niveau européen, par le parlementaire européen Gerald Häfner qui se consacre à la mise en œuvre de cette initiative. La démocracie directe est maintenant (enfin presque, il faut encore les lois d’application) aux mains des citoyens européens. Une remarque intéressante : l’importance d’amener des débats et problématiques novatrices, pas simplement des actions « anti »… c’est ainsi que la démocratie avancera.

    Et nous terminons par un enjeu essentiel de notre époque, à savoir l’influence de l’environnement sur la santé. Malheureusement, j’ai dû quitter un peu avant la fin, et n’ai donc pas pu entendre si notre intervenant avait des propositions politiques concrètes dans ce cadre.

    En route donc pour Heerlen 10… à l’automne 2011.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :